La comédie musicale Soy de Cuba est en France

La comédie musicale Soy de Cuba tourne depuis 2011. Elle vient de repasser en France dans une version 2017 plus étoffée avec de nouvelles chorégraphies et de nouveaux morceaux mais la trame du succès de cette comédie musicale à 100 % cubaine reste la même : elle raconte l’histoire d’Ayala, jeune danseuse venue de la campagne pour devenir professionnelle à La Havane au sein du cabaret Soy de Cuba… Bien que cousue de fil blanc, la comédie musicale a le mérite d’entraîner le spectateur dans la caliente de Cuba, permet de ressortir du spectacle boosté d’énergies positives et rythmées et d’avoir voyagé à Cuba pendant deux heures !  

Produite par le Français Nicolas Ferru de Indigo Productions, Soy de Cuba se fait d’abord remarquer au fameux festival de théâtre et de spectacles d’Edimbourg. Nicolas Ferru a gagné son pari : produire une comédie musicale d’appellation cubaine contrôlée ! Au casting de son spectacle : deux chanteurs et sept musiciens, un chorégraphe et 23 danseuses et danseurs. La plupart sont issus de la télévision cubaine et de la célèbre école de ballet de La Havane.

Dès le début du spectacle, on se laisse entraîner puis embringuer par la chorégraphie, la mise en scène et la musique de Rembert Egues, résolument toniques ! C’est surtout cette dernière, volontairement moderne mais inspirée de tous les courants musicaux cubains : mambos, rumbas, salsas, jazz afro-cubain et reggaeton qui tient le spectacle, entraînant les danseurs dans des chorégraphies inventives dont on ne se lasse pas et qui donnent même l’impression de se trouver à un spectacle musical de rue improvisé aux abords du Malecon

D’ailleurs, c’est un système de projection d’images vidéo de La Havane sur l’écran derrière la scène, agrémentée d’une voix-off, qui raconte les aventures et les déboires de la jeune danseuse Ayala. Le mélange de spectacle vivant et vidéo fonctionne même si on s’attend à un happy ending, malgré les embûches et les obstacles rencontrés par l’héroïne. L’histoire et surtout le show réussissent à tenir le spectateur en haleine : on ne s’ennuie jamais tout au long de ce spectacle où les énergies se bousculent pour former une sorte de Dirty Dancing caliente et déhanché sur fond d’un La Havane en pleine effervescence.

Et si vous êtes fan de comédies musicales cubaines et que vous avez raté Soy de Cuba, un autre spectacle, A Cuba Libre – comédie musicale qui se déroule à Santiago – est programmée à Paris à partir de mi-juin.

photo principale : © Philippe Fretault