La Ciudad Nuclear, ville-fantôme

Près de Cienfuegos, sur la côte caribéenne de Cuba, à Juragua, on peut apercevoir de la route principale un dôme imposant perdu dans une végétation luxuriante. Il s’agit des vestiges de la Ciudad Nuclear, un projet de ville nucléaire qui n’a jamais vu le jour. Balade surréaliste.

Le plus grand ouvrage jamais construit à Cuba

Le projet de la Ciudad Nuclear remonte à 1976 quand Fidel Castro signe un accord avec l’URSS pour construire une centrale atomique. Cuba devait produire sa propre énergie. Mais la chute de l’Union soviétique au début des années 90 met un terme à la construction du réacteur. La centrale n’est jamais terminée et ne fonctionnera jamais. Pourtant, Fidel et son gouvernement avaient imaginé toute une ville autour de la centrale et avait commencé à la construire.

blog-cuba-juragua-immeuble
Immeubles à Juragua © Elisabeth Blanchet

D'ouvrage pharaonique à ville oubliée

Un quart de siècle plus tard, la route qui mène au fameux dôme est bordé ça et là de blocks typiques de l’ère soviétique. Certains semblent habités, d’autres non. Il y a une drôle d’ambiance de ville fantôme ou plutôt de ville inachevée : on ne trouve ni centre-ville, ni mairie, ni bar, ni magasins seulement cette route qui, elle non plus, n’a jamais été finie.

À l’approche du dôme, elle se transforme en chemin de gravier, le monstre nucléaire grossit mais deux gardes empêchent d’accéder à ses entrailles. Dommage. Il faut rebrousser chemin, ou plutôt en prendre un, hors du champ de vision des gardiens pour pouvoir se rapprocher du monstre et réussir à prendre quelques clichés de cet endroit improbable, à l’abandon. Mais les sifflets des gardes retentissent et il faut prendre la tangente.

Sur le chemin du retour, des auto-stoppeurs embarquent. Ils veulent aller à Cienfuegos. Ils y travaillent mais vivent à Juragua, une ville avortée, qui n’a jamais commencé à vivre. Pour eux, il s’agit juste d’une cité-dortoir. La vie est ailleurs et n’a jamais vraiment pris à Juragua. Mais la découverte de ce lieu incongru et de cette ambiance surréaliste valent le détour de la route principale qui mène à Cienfuegos.

photo principale : « Jaragua, la cité nucléaire » © Elisabeth Blanchet