Dans les pas de Fidel

De la province de Holguin à l’est à Santa-Clara au centre, en passant par les montagnes de la Sierra Maestra, sur les traces de Fidel Castro, du Che et de la révolution cubaine.  

Biràn et son musée

Le voyage commence à Biràn, ville de naissance du Lider Maximo, dans la province de Holguin et, ironie du sort, à une cinquantaine de kilomètres de Guantanamo, l’ennemi américain !

Depuis 2002, le hameau où Fidel Castro et son jeune frère Raul ont grandi est transformé en petit musée où l’on se trouve transporté dans le temps au cœur des années 30. On peut y visiter la maison familiale – le père de Fidel était un exploitant agricole aisé –, l’école de Fidel, la poste, la boucherie. Dans la chambre du dictateur, de vieilles photos de famille ornent les murs et des vêtements lui ayant appartenu sont aussi exposés.

blog-comptoir-cuba-biran-fidel-castro
Biran, ville natale de Fidel © Piviso.com

La Sierra Maestra

En se promenant dans la Sierra Maestra, on imagine à quel point le jeune avocat était déterminé dans sa quête : pendant deux années, Fidel survécut en se nourrissant de viande cheval mort… Après son attentat manqué contre Batista en 1953 et son exil au Mexique où il rencontre le Che, il rentre à Cuba en 1956. Avec le Che, ils se cachent dans la Sierra Maestra, toujours dans la province de Holguin, et préparent la révolution en montant une guérilla. Aujourd’hui, la Sierra Maestra est un parc naturel, non seulement chargé du passé guérillero : on peut visiter le QG de Fidel La Comandancia de la Plata mais aussi apprécier la beauté des lieux. Les ornithologues et les amateurs de flore exotique seront ravis tout comme les marcheurs et les grimpeurs. La Sierra Maestra abrite la plus haute montagne de Cuba : le Pico Turquino.

blog-comptoir-cuba-sierra-maestra
La Sierra Maestra © Piviso.com

Santa Clara : Hasta La Victoria Siempre !

En plein centre de Cuba, Santa Clara est LA ville du Che. On y rencontre son effigie, son nom, son portrait à chaque coin de rue et on peut visiter son mausolée car c’est à Santa Clara et grâce au Che que la lutte contre le régime de Batista a tourné à l’avantage des révolutionnaires. En décembre 1958, Fidel Castro confie à Che Guevara la mission de s’emparer de Santa-Clara. Grâce à l’attaque victorieuse d’un train en provenance de La Havane chargé de munitions, le lieutenant de Fidel et ses hommes prennent la ville. La route de La Havane est ouverte et la chute de Batista à quelques heures… En plus du mausolée du Ché, visitez aussi le musée du train blindé qui, à l’intérieur des wagons qui ont déraillé; raconte l’histoire de la prise de Santa Clara.

© photo principale : Elisabeth Blanchet